L’édito de la Présidente

nouvelle_annee

2018 – Participer et s’impliquer dans la réflexion territoriale pour imaginer la Guyane de demain

Une évolution qui est dans le droit fil de toutes les évolutions connues depuis la création du conseil en 1975. Je rappelle que nous étions d’abord un conseil économique et social de Guyane (CES), puis un conseil économique social régional de la Région Guyane (CESR) avec les lois de la décentralisation pour devenir le Conseil Economique Social Environnemental Régional de la Région Guyane (CESER) par les lois grenelles de juillet 2010 qui nous conférait la compétence environnementale. Ainsi, la loi du 27 juillet 2011 qui crée la Collectivité Territoriale de la Guyane, opère un tournant historique avec cette nouvelle institution consultative : le CESECE dont les objectifs doivent être les mêmes, au premier rang duquel, la fourniture d’une expertise clé en mains à ceux qui sont le produit du suffrage universel.

S’accaparer de la chose publique, en étant indubitablement, quarante ans après, une force incontournable de propositions pour les assemblées délibératives locales, notoirement les Régions et plus récemment les Collectivités territoriales de Guyane et de Martinique.

Le Ceser-Guyane est devenu un pilier de la démocratie citoyenne, par la traduction vivante et constante de la société civile dans toutes ses composantes. Un organe essentiel des territoires locaux, et partant de là, du territoire national, qui se compose de personnes engagées dans l’action syndicale, associative, entrepreneuriale qui possèdent une expertise dont ne saurait se passer les conseils régionaux, et en Guyane, la Collectivité Territoriale de la Guyane.

Tout au long de ces années, notre combat militant a été celui d’avoir une fenêtre « politique » ouverte sur la société.

Le désir d’un investissement dans la vie publique sans rien en attendre en retour, hormis la prospérité civile, civique, culturelle, sociale, écologique et économique de la société guyanaise. C’est dans cette perspective que nous avons effectué toutes nos préconisations dans la production de nos avis et la réalisation de toutes nos études.

A notre échelle, nous considérons aujourd’hui, que les habitants d’un pays sont les premiers spécialistes de leur territoire et que l’administration de celui-ci doit comporter comme tout postulat de départ, l’impérieuse nécessité de prendre en compte les réalités profondes du pays Guyane. Nous souhaitons que l’accueil des jeunes de moins de trente ans, la prise en compte de la parité et la térritorialisation des désignations et des nominations des membres, conduise à insuffler un nouveau souffle à cette assemblée.

Aussi, il n’est pas illusoire d’imaginer un conseil consultatif qui puisse correspondre à nos réalités pour « Imaginer se projeter dans la Guyane de demain ».

Ariane FLEURIVAL présidente du Ceser Guyane

Vice-présidente déléguée aux Outre-Mer Ceser France

Recevez mes meilleurs voeux pour cette année 2018.

>>VOEUX 2018 DU CESER GUYANE